Les élections européennes approchent mais savez-vous vraiment pour qui vous allez voter et pour quel projet ? Vous n’avez pas participé au Grand Débat mais vous aimeriez quand même pouvoir donner votre avis et être lu et entendu par les politiques de votre région à n’importe quel moment de l’année ? Politizr, une start-up ariégeoise fondée en 2015, s’est lancée le défi de (re)-créer le dialogue entre les élus et les citoyens grâce à une plateforme de discussion sur Internet.

De quoi parle-t-on sur cette plateforme ?

          Les médias, Facebook, Instagram, ou encore le préféré des politiques Twitter : des réseaux sociaux existent déjà pour les élus et les citoyens mais ne permettent pas vraiment de créer un dialogue constructif, de lancer un débat sur des sujets précis. Lionel Bonzonville – ancien élu local dans le domaine de numérique depuis longtemps et co-fondateur de Politizr – a donc décidé avec Thomas Champion, de créer ce site Internet pour développer les discussions de proximités entre citoyens et élus sur des sujets de la vie quotidienne. En effet, la communication est essentielle à un moment où la défiance, forte mais pas nouvelle en France, face aux politiques commence à atteindre le niveau local. Les sujets peuvent varier de l’éducation à l’environnement, en passant par le pouvoir d’achat ou les transports. Les thématiques sont à la fois lancées par les utilisateurs et par les fondateurs, qui trouvent que les propositions de sujet marchent bien, « ça lance les utilisateurs sur un débat auquel les utilisateurs n’auraient sans doute pas pensé ». Aujourd’hui, pas moins de 9000 publications ont été postées sur le site depuis l’ouverture. Ce chiffre connait des pics certains quand l’actualité politique est plus forte : nous, les Français, aimons réagir à l’actualité comme lors des élections ou pendant le Grand Débat (pour lequel les chiffres de publication n’ont pas encore été remis à l’entreprise). Si les débats sont actuellement principalement locaux et centrés sur la région Occitanie, Politizr est aussi ouvert aux autres régions de France et souhaite développer ces débats pour toucher un plus grand nombre de personnes.

          Attention toutefois, on ne peut pas parler de tout ou n’importe quoi ou exprimer un avis trop violent, immoral voire même illégal. Lionel Bouzonville précise bien que les utilisateurs signent une charte quand ils s’inscrivent, dans laquelle ils s’engagent à rester respectueux dans leurs idées et leurs posts. Un système de notation « + » ou « – » a aussi été mis en place pour noter les utilisateurs, élus et citoyens, sur la pertinence de leurs publications.

Chez Politizr, comment cela se passe-t-il en interne ?

          Politizr est un Société par Action Simplifiée, financée principalement au départ par les fondateurs, Lionel Bouzonville et Thomas Champion et compte comme employés ces 2 fondateurs ainsi qu’un 3ème employé consultant. La start-up a ensuite gagné certains concours lui permettant d’avoir plus de fonds. Leurs partenaires les aident aussi comme Google pour la communication.

          Lionel Bouzonville ne cache pas non plus avoir des partenariats avec certaines collectivités ou certains candidats aux élections législatives de 2017 par exemple. Les services qui leur sont rendus peuvent prendre plusieurs formes, comme notamment l’ouverture d’une discussion sur un sujet précis de la campagne du candidat ou sur une initiative que la collectivité souhaite mettre en place. La question de l’impartialité se pose alors pour le site mais les fondateurs nous assurent alors que tout est mis en œuvre pour s’assurer que les avis de tous bords politiques sont exprimés et acceptés et qu’aucun élu ou parti n’est favorisé sur la plateforme.

          Leur plus grande difficulté aujourd’hui est de trouver des financements à long-termes, sans entacher l’impartialité de site. Pour eux, pas question de faire payer l’inscription à la plateforme, même si l’idée leur a déjà traversée l’esprit. Les citoyens français ne sont pas prêts à payer pour un dialogue social, Lionel Bouzonville nous explique alors « que ce n’est pas simple de faire du profit sur un sujet comme la démocratie ». Politizr reste donc pour le moment une entreprise mais les fondateurs pensent dans le futur la transformer en association, structure qui se prête plus à cet exercice et à leurs objectifs.

                Pour le moment, n’hésitez pas à aller vous inscrire sur la plateforme, à participer et à être acteur d’un « Grand Débat en Continu » ! Pour cela, clique ici : https://www.politizr.com/

Entretien réalisé par Marine BITAUDEAU et Clara TUILLIER