Et si la physique quantique se mettait au service de la paix ?

C’est « au siècle dernier », nous raconte Philippe, le coordinateur de l’association, que nous assistons à la création de Les Chemins Buissonniers par un petit groupe de citoyennes et de citoyens portées par l’envie de révolutionner notre façon d’apprendre. Déçus par le système éducatif, qu’ils jugent injuste et inégal, ils décident de fonder une association permettant aux jeunes de découvrir le monde, très technique, des sciences et, ce,d’une nouvelle façon. Les cours magistraux sont ainsi remplacés par de la danse, des spectacles ou encore du théâtre. Cela permet à ces jeunes, laissés-pour-compte par l’éducation nationale de redécouvrir l’apprentissage. Mais Les Chemins Buissonniers agit aussi en dehors du cadre scolaire à travers divers événements à Rieumes (31) et ses environs. Par exemple, elle organise la Journée des Filles et des Femmes en sciences qui participe pleinement à son rayonnement en Haute Garonne.

 

« S’émerveiller pour comprendre  et comprendre pour s’émerveiller»

 

Trois ans après sa création, l’association intègre la Fédération Française des Clubs pour l’UNESCO qui œuvre pour la construction d’un monde de justice, de solidarité et de paix et considère donc que cette association « éduque à la paix». En effet, l’association est notamment engagée auprès des quartiers populaires de Toulouse (Bagatelle, Empalot, …) et tente de donner à chacun les clés pour comprendre le monde qui nous entoure, ce qui se rapproche des cibles des Objectifs du Développement Durable de la paix et de la justice « garantir l’accès à l’information » mais surtout faire en sorte que le dynamisme, l’ouverture, la participation et la représentation à tous les niveaux caractérisent la prise de décisions. En résumé, pour Philippe, il s’agit de « s’émerveiller pour comprendre et comprendre pour s’émerveiller ».

Aujourd’hui, l’équipe qui s’occupe en majorité des projets est composée d’un chargé de communication et de promotion, d’une chargée de l’égalité , d’un animateur en milieu rural, de volontaires du service civique, Philippe coordonne.

Pourtant malgré cette reconnaissance de l’UNESCO et ses nombreux projets, l’association peine à réaliser tout ce qu’elle souhaite. Elle est subventionnée par des organisations publiques à échelle régionale et locale mais aussi par des fonds privés comme EDF. Néanmoins, tout ceci ne suffit pas. Elle aurait besoin de plus d’adhérents : elle en compte près de 60 à l’heure actuelle. L’association fait aussi face à d’autres difficultés inhérentes au milieu associatif. Par exemple, Philippe nous a confié que ce milieu s’expose à de «nombreuses personnes malintentionnées comme des pervers narcissiques qui tentent de détourner le projet de son but premier».

Malgré tout, Philippe est convaincu par son projet et compte sur vous pour continuer de le soutenir. Il nous laisse un dernier message :

Philippe, coordinateur des Chemins Buissonniers

 

 

« N’arrêtez pas de vous émerveiller

Ne détenez jamais la vérité, recherchez »

 

 

 

 

 

 

Lien vers le site de l’association : https://www.leschemins-buissonniers.fr/